CCIP-BOSS-ESIEE-INTERVIEW
Casting

Olivier Vanel

Co-fondateur de CookiCode

ESIEE Paris

L’alternance, j’ai vraiment adoré...

Diplômé de ESIEE Paris, Olivier VANEL a travaillé pendant trois ans comme ingénieur en développement logiciel chez Thalès avant de créer en 2018 CookiCode, un atelier pour « informaticiens en culottes courtes »  d’où émergeront peut-être un jour de futurs Mark Zuckerberg !

 

Vous avez suivi une formation d’ingénieur en informatique et applications à ESIEE Paris. Pourquoi avez-vous choisi cette école ?

Après mon DUT en informatique, j’étais à la recherche d’une école qui formait des ingénieurs par la voie de l’alternance. Cela me permettait de financer mes études et de pouvoir également acquérir de l’expérience en entreprise tout en préparant mon diplôme. ESIEE Paris proposait également une option en ingénierie graphique et technologie 3D qui me plaisait bien. L’alternance, c’est vraiment un truc qu’il faut mettre en avant et que j’ai vraiment adoré dans cette école. Cela m’a permis de connaitre le monde de l’entreprise. Je travaillais chez Thalès sur le développement de nouveaux outils de communication. C’était très enrichissant.

Comment vous est venu le virus de la création d’entreprise ?

Progressivement. Nous avions des cours d’entrepreneuriat à ESIEE Paris pour apprendre à créer une entreprise. C’est une démarche au cours de laquelle on doit toucher un peu à tout, la gestion, le marketing, la communication … Cela m’intéressait beaucoup. Je me suis dit : j’attends d’avoir de l’expérience et si un jour j’ai une bonne idée, je me lance. Ce que j’ai fait en sortant de ESIEE Paris et en créant CookiCode.

Quel est le concept de votre entreprise ?

CookiCode est un projet d’atelier de création numérique destiné, à la base, aux enfants. Autour d’un projet créatif en groupe, ils vont pouvoir aborder le numérique et apprendre en s’amusant comment fonctionnent des outils qu’ils côtoient tous les jours. C’est donc très ludique. Nous proposons beaucoup d’activités différentes, depuis la programmation d’un robot jusqu’aux jeux vidéo en passant par la réalité virtuelle, l’impression ou la modélisation 3D ou la création d’un site web. Nous utilisons des outils simples, accessibles à tous et à tout âge. Notre produit peut intéresser aussi bien des écoles, une colonie de vacances, une maison de quartier. En développant ce concept, nous nous sommes aussi rendu compte que nous pouvions le décliner pour un public d’adultes, par exemple pour des opérations de teambuilding en entreprise.

Où en êtes-vous aujourd’hui?

Cela m’a pris un an pour préparer ce projet avec mon associée et il y a encore du travail pour pouvoir le propulser via des incubateurs, notamment. Nous sommes actuellement sur la recherche de nos premiers clients. Deux contrats de teambuilding d’entreprises sont en cours de finalisation de même que l’organisation de cours du soir pour une école parisienne.