Casting

Killian & Soun Banh

Étudiant & Maître d'apprentissage Renault Digital

ITESCIA

Il faut se lancer et voir là où cela nous amène...

ITESCIA a ouvert à Cergy la Coding Factory, une école du code s’appuyant sur une pédagogie innovante et participative pour préparer les développeurs fullstacks de demain. Une approche en mode agile qui a séduit Kilian LEMPEREUR. Il partage aujourd’hui son temps entre les labos de l’école et Renault Digital, son entreprise d’accueil.

Qu’est-ce qui vous a amené à choisir la Coding Factory ?

Après mon bac et la fac, j’ai choisi de me réorienter vers la Coding Factory pour devenir développeur. J’y ai découvert tout le monde de l’agile et la façon de gérer des projets qui s’applique à l’informatique.

Qu’est-ce que vous appréciez tout particulièrement dans cette école ?

La méthode de travail en mode « start-up » où l’on crée notre propre projet pendant une semaine avec notre prof qui nous donne les directives et qui nous laisse ensuite nous auto-organiser pour gérer notre temps pour livrer ce qu’il attend de nous à la fin de la semaine.

Quels types de projets êtes-vous amenés à réaliser ?

Cela peut par exemple être des projets mobiles, web. On travaille à la fois sur la programmation mais aussi sur la présentation des outils que l’on met en place afin d’avoir une vision globale d’un projet. Lorsque l’on commence dans cette formation, on ne sait pas forcément à l’avance sur quoi l’on souhaite travailler plus tard : la carrosserie ou le moteur. Donc cette démarche nous permet de nous orienter un peu plus tard vers les fonctions dans lesquelles nous nous sentons plus à l’aise.

Comment envisagez-vous votre avenir ?

Au départ, j’étais venu ici pour être développeur puis, petit à petit, j’ai eu envie de devenir scrum master. Le scrum master a pour responsabilité, dans le cadre du développement d’un produit, d’aider l’équipe à travailler de façon autonome et à s’améliorer constamment. Il est le garant de l’application du processus, Scrum en l’occurrence. On n’est jamais sûr de ses choix en termes d’orientation métier. On émet différentes hypothèses. Il faut, à un moment, se lancer et voir là où cela nous amène, apprendre aussi de nos erreurs, savoir persévérer et trouver au final la bonne voie.