Casting

Emeline Cely

Diplôme de Comptabilité Gestion

Faculté des Métiers de l’Essonne (FDME)

Le sport m’aide toujours à décompresser…

A travers la web série Les Sportives », la CCI Paris-Ile-de-France vous plonge au coeur des 18 écoles parisiennes de son réseau. Découvrez les portraits d’étudiantes passionnées de sport qui mènent plusieurs combats de front. Emeline Cely, talentueuse athlète, spécialiste du 800 mètres, se confie sur son parcours. La jeune fille est aujourd’hui en première année de comptabilité et gestion à la Faculté des Métiers de l’Essonne (FDME).

C’est presque contrainte et forcée qu’Emeline Cely a chaussé pour la première fois ses baskets, direction la piste d’athlétisme. « Ma mère voulait absolument que je pratique un sport parce qu’à ce moment-là je ne faisais rien du tout ! » raconte-t-elle, amusée. La jeune val de marnaise est en cinquième, en pleine adolescence. Le stade est à proximité du domicile familial, à Villejuif, la licence n’est pas trop onéreuse. « Tout cela a facilité les choses, admet Emeline. J’ai rejoint le club de l’ASFI, dans ma ville. Au début, l’athlétisme n’avait rien de sérieux pour moi. Je venais parce que je m’étais fait des ami(e)s. C’était une occupation comme une autre. »

Mais la Francilienne finit par se prendre au jeu. Elle se teste sur les différentes spécialités proposées par la discipline, du sprint à la hauteur. « Lorsque je suis arrivée en cadette, j’ai dû faire un choix. J’ai opté pour le 800 mètres parce que j’affectionne cette distance qui permet de mettre en place une véritable stratégie durant la course. »

 

« Ce jour-là, j’étais très fière »

Emeline Cely se découvre compétitrice et remporte des titres départementaux puis régionaux. « J’ai également participé au championnat de France il y a deux ans, mais je n’ai malheureusement pas réussi à me qualifier pour la finale. En 2016, à Anthony, j’ai été vice championne de la ligue d’Ile de France (LIFA), qui est la plus relevée du pays. J’ai réussi à descendre sous la barre des deux minutes et quinze secondes. Cela faisait quelques temps que je cherchais à battre mon record sans y parvenir. Même si j’ai terminé à la deuxième place ce jour-là, j’étais très fière. »

Une blessure l’année suivante et son investissement dans ses études remettent en cause sa participation aux compétitions. « En 2017, sur une compétition départementale, j’ai senti une élongation à l’ischio-jambier sur un 400 mètres. La veille, j’avais couru un 800 mètres et je crois que mon corps n’a pas supporté la charge. C’est arrivé au plus mauvais moment, un mois avant les qualifications au championnat de France. Impossible de m’y rendre… »

 

Une expérience professionnelle

Etudiante depuis un an au sein de la Faculté Des Métiers de l’Essonne, dans la filière Diplôme Comptabilité et Gestion (DCG), la jeune femme de 20 ans donne désormais la priorité à ses études. « J’ai fait une année de droit à la faculté mais je n’aimais pas trop l’ambiance et n’étais pas certaine de m’épanouir. J’apprécie tout ce qui a attrait à la comptabilité. De plus l’alternance est un bon moyen d’acquérir une première expérience dans le monde du travail. Mes études me prennent beaucoup de temps alors je ne vais plus m’entraîner qu’une à deux fois par semaine à Villejuif. Ce qui n’est évidement pas assez pour performer. Mais le sport m’aide toujours à penser à autre chose, à décompresser. »

 

Source : Mejdaline Mhiri, Magazine Les Sportives

Retrouvez le magazine sur Facebook