CCIP-BOSS-HEC-INTERVIEW
Casting

Arthur Menard-Calenge

Fondateur de Spartan (Owayn)

HEC Paris

On s’est retrouvés propulsés...

Le slip qui sauvera l’humanité ! Vous connaissez ? C’est un caleçon anti-ondes conçu, produit et commercialisé par Owayn, une startup française ayant fait ses premiers pas au sein de l’incubateur HEC, qui exporte dans près de 40 pays et qui est en cours d’installation à Los Angeles. Arthur Menard de Calenge, co-fondateur et CEO de l’entreprise, revient sur cette formidable aventure entrepreneuriale.

« L’idée est née lors d’un diner entre amis, raconte Arthur. Nous avions tous eu le réflexe de déposer notre smartphone sur la table. Evoquant les effets néfastes des ondes sur la fertilité et la santé, nous avons pris conscience que nous connaissions tous ces risques… mais que, pour autant, nous gardions toujours nos téléphones dans nos poches ! Puisque l’on ne parvenait pas à changer nos habitudes, il fallait donc changer nos vêtements ! ».

L’aventure Owayn démarre ainsi. Arthur Menard de Calenge, diplômé d’HEC Paris, et Pierre-Louis Boyer, ingénieur Agro ParisTech, se mettent à cogiter sur le concept de ce slip du futur avec pour objectif de permettre aux hommes de conserver leur fertilité et donc, à l’humanité de continuer à se reproduire… Rien de moins !

Pierre-Louis parvient alors à mettre au point un textile high-tech composé d’un maillage d’argent qui agit comme un bouclier électromagnétique et bloque 99 % des ondes de téléphones portables et wifi. « Une technologie brevetée et certifiée en France et aux Etats-Unis » précise Arthur.

Au démarrage de Owayn, qui s’appelait à l’époque SPARTAN, les deux associés intègrent l’incubateur HEC. « On était dans un environnement vraiment très stimulant, en contact permanent avec d’autres créateurs. A chaque étape, on pouvait échanger avec quelqu’un qui avait connu une situation similaire. Ça nous a beaucoup aidés pour la structuration de l’entreprise et surtout, ça nous a permis d’élargir et de renforcer notre réseau. Nos premiers investisseurs proviennent d’ailleurs en grande partie du réseau HEC et des mentors rencontrés grâce à l’incubateur. »

En janvier 2017, Owayn expose au CES Las Vegas et à partir de là tout décolle : les ventes, la notoriété, la présence médiatique… Pourquoi un succès si fulgurant ? « On a tout simplement suivi la devise d’HEC*: on a osé, explique Arthur non sans fierté. Pendant tout le CES, nous sommes restés en caleçons Owayn. Et l’effet escompté a largement été dépassé. Les journalistes des plus grands quotidiens américains nous ont interviewés et on s’est retrouvés dans le top 10 des marques les plus présentes dans les médias et les réseaux sociaux, tout comme Samsung ou LG qui ont des budgets communication considérables, ce qui était loin d’être notre cas… »

Fort de ce succès, Owayn réalise une levée de fonds d’un million d’euros fin 2017, avec pour objectif de pénétrer le marché américain. « On a également saisi une opportunité vraiment décisive pour le développement de l’entreprise ». HEC a en effet lancé à peu près à la même période un programme d’accélération des startups dans la Silicon Valley « Launchpad Valley » et a proposé à 4 startups de l’incubateur de partir à San Francisco… dont Owayn.

« On s’est donc retrouvés propulsés dans la Silicon Valley pendant 3 mois pour véritablement accélérer notre développement aux Etats-Unis. Rencontres avec des mentors et des partenaires potentiels, master class, constitution d’un réseau sur place… » Résultats ? « Nous sommes aujourd’hui en train d’installer l’entreprise à Los Angeles et Owayn exporte déjà dans près de 40 pays. »

La recette de ce succès ? Une idée novatrice, une technologie adaptée, du travail, de l’audace et un solide réseau, encore et toujours ! « Une des forces d’HEC, outre la qualité de l’enseignement qui est indéniable, c’est la culture du réseau » conclut Arthur.

 

* Apprendre à oser