Etudiant d'ISIPCA
20  Juil. 2020

Christopher, passionné de cosmétique et parfumerie nous parle du Bachelor RDC d’ISIPCA

Portrait

A ISIPCA, nous sommes vraiment suivis.

On ne le sait pas toujours mais ISIPCA, la grande école du parfum, de la cosmétique et des arômes de la CCI Paris Île-de-France, propose également des formations dans les domaines commercial et marketing.

Nous avons échangé avec Christopher Cappellotti, qui termine son année de Bachelor Responsable de Développement Commercial Cosmétique et Parfumerie à ISIPCA. Découvrez son témoignage !

Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?         

Il est un peu atypique. J’ai arrêté mes études en 2009, juste après mon baccalauréat, car je voulais intégrer immédiatement la vie active. J’ai travaillé pendant quelques années en tant que vendeur. J’ai pu évoluer au sein de Lacoste, par exemple, ou de la société de vêtements pour homme IZAC. J’ai eu un déclic en 2014 quand j’ai réalisé que pour évoluer professionnellement il me faudrait impérativement reprendre mes études. J’avais beau changer d’entreprise, on me confiait toujours le même type de poste de vendeur.

Je me suis inscrit en BTS NRC, en 2014, avec une alternance chez Numéricable (maintenant SFR) pendant deux ans. Puis j’ai de nouveau arrêté mes études pour me lancer dans l’entrepreneuriat avec la création de ma société de revente de baskets de collection. Cela fait sourire quand j’en parle. En réalité, il s’agit de baskets créées en partenariat avec des personnalités qui sortent en quantité très limitées, donc très demandées, et que j’achetais pour les revendre à des collectionneurs. J’ai fait cela pendant deux ans. Puis j’ai trouvé un autre emploi chez SOGESUR en tant qu’assureur pendant un an et demie avant de reprendre mes études, une dernière fois cette fois-ci, à 27 ans.

Pourquoi avez-vous choisi ISIPCA ?

Dans la vie, j’ai plusieurs passions, les baskets, mais aussi la parfumerie et la cosmétique. J’ai choisi ISIPCA car elle est réputée mondialement. Il y a beaucoup d’étudiants internationaux, d’Asie et de partout dans le monde. Si j’ai choisi le Bachelor Responsable de Développement Commercial, c’était pour rester dans le domaine commercial, dans lequel j’ai évolué depuis le bac, et avec la spécialisation cosmétique et parfum en plus.

J’ai fait mon alternance dans la société TER France Filiale du groupe allemand TER, basée à Villepinte. Il s’agit de négociants et distributeurs de matières premières allant de la pétrochimie, les encres, par exemple, à mon marché, la parfumerie et les cosmétiques. Je suis en contact avec des parfumeurs, des prestataires de service pour des parfumeurs. Je baigne dans ce milieu et j’adore ça. Je vais d’ailleurs continuer encore deux ans chez eux dans le cadre d’un Master.

Je suis très satisfait de ma formation à ISIPCA. Les cours sont en grande partie dispensés par des professionnels. Parmi eux il y a des autoentrepreneurs, ou des personnes ayant leur société de conseil. Et pour les cours de parfumerie et cosmétique, il y a des professionnels ayant travaillé pour des sociétés comme L’Oréal ou Guy Laroche, par exemple. Ils ont un pied dans le milieu professionnel, ce qui rend selon moi la qualité des cours optimale. Au-delà de la théorie, ils sont là pour nous apporter de nombreux conseils.

Il y a aussi un réel suivi de la part de l’école. D’ailleurs, je voudrais souligner que l’école a été très réactive face à la crise de la Covid. Nos cours ont continué à distance dès le début du confinement et dans de très bonnes conditions.

Sinon, le campus, situé à Versailles, est vraiment un gros atout.

Avez-vous travaillé sur des projets pendant votre année de Bachelor ?

Oui, par exemple, nous avons travaillé sur un dossier avec deux de mes camarades de classe. On a choisi la société dans laquelle l’un d’eux effectuait son alternance, Atelier Populaire, une savonnerie, située dans le 19è arrondissement, qui crée ses propres savons. Notre projet portait sur la création d’une gamme pour homme. Cela fait quelques années que je baigne un peu dans les cosmétiques pour homme et j’avais déjà fait des recherches de mon côté sur le rasage traditionnel. C’est ce qui nous a donné l’idée de travailler sur le sujet de cette gamme en introduisant un savon de rasage. Notre projet était de monter le business plan. C’était vraiment très intéressant. Il a été conduit après avoir transmis une note de cadrage au N+1 de mon camarade. Maintenant, tout est entre leurs mains, et, qui sait, ils lanceront peut-être ce nouveau produit. Ils ont tout dans le dossier pour pouvoir le mettre en place très rapidement (budget, délais…) et ils disposent déjà des matières premières.

Quels sont pour vous les avantages d’une formation en apprentissage ?

Cela permet d’avoir un pied à l’école pour les cours et la partie théorique et l’autre sur le terrain où l’on acquiert de l’expérience pour pouvoir à la fin de nos études nous « vendre » de la meilleure manière possible. Bien sûr, le rythme n’est pas toujours facile. Dans notre cas, c’est deux jours à l’école, trois jours en entreprise. Cela peut prendre plusieurs semaines pour s’y habituer. Il faut être assidu en cours et opérationnel de la meilleure manière possible durant la période en entreprise. On a le travail scolaire tout au long de l’année, les examens et les comptes à rendre à son supérieur. Ce n’est pas tout le temps évident, mais c’est un excellent moyen d’apprendre et qui me convient vraiment.

Comment avez-vous trouvé votre contrat d’apprentissage ?

J’ai trouvé assez facilement. J’avais envoyé quelques CV de mon côté. A ISIPCA, nous sommes vraiment suivis. Ils ont des contacts d’entreprises et envoient les CV des étudiants. Toutes les écoles ne le font pas. Ils ont envoyé mon CV à TER France qui m’a appelé. J’ai eu un entretien de près de deux heures et les résultats quelques semaines après.

Le Bachelor d’ISIPCA est spécialisé en parfumerie et cosmétique, destiné à des étudiants ayant un attrait particulier pour ces domaines, où ils effectuent leur apprentissage (et éventuellement dans la pharmaceutique mais en lien avec la dermo-cosmétique).

Les cours que nous avons dans ces matières sont pointus. On apprend à sentir les différentes notes, à les reconnaitre dans les parfums. En cosmétique, on apprend à quoi servent les différentes matières premières, les produits qui rentrent dans les différentes compositions…

Il faut aussi avoir une appétence pour le commerce. En entreprise, on peut faire du démarchage, de la prospection, rencontrer des clients, faire des propositions tarifaires.

Un conseil pour quelqu’un en recherche d’un contrat ?

Le CV doit être accrocheur, lisible. La lettre de motivation doit être claire, parler de la société, de vous. Il faut bien avoir pris connaissance de la fiche de poste. Parler de ce que vous pouvez apporter à l’entreprise comme de ce qu’elle peut vous apporter. Et ensuite, durant l’entretien, je pense qu’il faut être soi-même.

Quels sont vos projets d’avenir ?

J’aimerais dans quelques années monter ma parfumerie en ligne de parfums de niche. Avec des créateurs pas encore connus du grand public. Ou, sinon, sur le créneau des produits pour hommes, et, pourquoi pas, à terme, lancer ma propre marque.


ORIENTATION

Découvrez le Bachelor Responsable Développement
Commercial Cosmétique et Parfumerie à ISIPCA
www.isipca.fr/formations-commerciales-marketing/responsable-developpement-commercial-cosmetique-parfumerie

 

Crédit photo illustration de l’article : Aurélia Blanc / CCI Paris Île-de-France